Qu’est-ce que la myopie ?

La Société Française d’Ophtalmologie (SFO) ne cesse de le répéter : la myopie est en progression constante. D’ailleurs, une étude réalisée en 2016 par des chercheurs de l’Institut de la vision de l’Université de New South Wales (Australie) révèle que ce trouble de la vision touchera 50 % de la population mondiale d’ici 2050. Quelles sont les causes de cette pathologie et comment la traiter ? Les réponses tout de suite.

Un problème ophtalmologique courant

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la myopie n’est pas une pathologie oculaire, mais un simple défaut ophtalmique. Ce trouble de la vue se traduit par une vision de près nette et une vision de loin floue. Les personnes atteintes de myopie n’ont de ce fait aucun souci pour lire ou écrire.
L’apparition de ce défaut ophtalmique peut survenir à tout âge, mais il se manifeste le plus souvent pendant les périodes de l’enfance et de l’adolescence. Des signes comme le plissement des yeux pour la vision de loin, ou le fait de se rapprocher de trop près pour lire, écrire ou regarder la télé peuvent être précurseurs d’une myopie.
Les personnes myopes ont du mal à distinguer les objets éloignés. Elles ont ainsi des difficultés pour conduire ou exercer certaines activités sportives. Cet effort considérable pour une vision de loin peut entraîner une fatigue oculaire rapide et se trouver à l’origine d’autres problèmes de santé comme les maux de tête.

Un défaut héréditaire

L’hérédité figure parmi les principaux facteurs à l’origine de la myopie. Une personne dont les parents sont myopes risque de développer ce problème visuel dès son jeune âge. En dehors de la transmission génétique, le mode de vie et l’environnement d’une personne figurent aussi parmi les causes de la myopie. Une exposition permanente à l’écran par exemple constitue un facteur aggravant de la myopie.
Enfin, l’insuffisance de certains nutriments dans l’alimentation favorise la myopie. En effet, une carence en vitamines A, D et E est constatée chez les personnes atteintes de myopie.

Diagnostic et traitement

Un examen oculaire auprès d’un ophtalmologiste permet de déterminer si une personne développe ou non une myopie. Si la réponse est affirmative, la consultation médicale visera également à évaluer le degré de ce défaut visuel. Le médecin pourra ainsi prescrire des lunettes ou de lentilles de contact en guise de traitement.
Les verres concaves permettent généralement de corriger la myopie. Ces accessoires de correction rééquilibrent les rayons optiques, favorisant ainsi la netteté de la vision de loin. L’épaisseur du verre utilisé varie en fonction du degré de la myopie. Plus celle-ci est forte, plus les verres doivent être épais. L’usage de verres amincis permet d’éviter le port de lunettes trop lourdes et inesthétiques.
Un traitement laser est aussi réalisé pour les personnes qui ne supportent pas le port de verres correcteurs. Il s’agit d’une intervention destinée à apporter une correction directement au niveau de la cornée. Dans certains cas, une lentille artificielle est implantée dans l’œil en vue d’améliorer la vision de loin.