Quel est le tarif de remboursement CMU chez l’opticien ?

Les personnes disposant d’une Couverture Maladie Universelle (CMU) peuvent bénéficier de lunettes conformes à la prescription ophtalmologique sans reste à charge. Ces lunettes sont obtenues à titre gratuit si leur prix ne dépasse pas la limite du dispositif tarifaire défini.

Une paire de lunettes gratuites une fois par an

Les opticiens sont tenus de proposer aux titulaires d’une CMU complémentaire une paire de lunettes répondant aux critères de la prescription ophtalmologique sans reste à charge. Cette offre est valable auprès de tous les opticiens travaillant sur le territoire.
Les produits proposés aux titulaires d’une CMU complémentaire sont souvent constitués de verres de correction et de monture d’entrée de gamme. En cas d’exigences particulières du client, ce dernier prendra en charge la différence de prix.
En pratique, la paire de lunettes obtenue grâce à une CMU est entièrement gratuite. Lors de la visite chez l’opticien, le client titulaire d’une CMU ne remplira aucune feuille de soins destinée à l’assurance-maladie.
Le professionnel de santé enverra directement la facture relative à ses honoraires auprès de la caisse de l’assurance maladie. Un devis doit toutefois être établi au préalable auprès de l’assurance-maladie pour toute demande de prise en charge de lunettes.

Les limites tarifaires de la CMU

Les tarifs de lunettes accordés aux bénéficiaires d’une CMU diffèrent selon l’âge du patient et le degré de correction ophtalmique dont il a besoin. Pour l’acquisition d’une monture, les plus de 18 ans ne doivent pas dépasser le plafond de 22,87 euros.
Toujours dans cette catégorie d’âge, le montant minimal pour une correction simple est de 15,86 euros par verre. Le plafond est fixé à 85,75 euros par verre en cas de trouble de vue requérant une correction complexe.
Pour les moins de 18 ans, le montant se situe entre 12,04 et 99,93 euros par verre. Celui-ci dépend du degré de correction.

Les exceptions

Les produits proposés par les opticiens lors de la présentation de l’ordonnance médicale respectent cette gamme de prix établie par la CMU. Les suppléments d’ordre esthétique ou destinés à procurer plus de confort ne sont pas éligibles à la prise en charge.
Parmi ces améliorations figurent les traitements incassable, anti-rayures, antireflets et l’amincissement des verres. Les montures hors forfait font également partie des dépenses supplémentaires que le client doit payer lui-même.
En dehors des forfaits non pris en charge par la CMU, il existe aussi des exceptions en matière de renouvellement. Sur prescription médicale, les enfants de moins de six ans peuvent souscrire à un renouvellement de leurs lunettes dans un délai inférieur à un an. Cet avantage est aussi accordé aux personnes souffrant de problème optique ayant une évolution rapide ou une pathologie ophtalmique jugée importante.
Il en est de même pour les personnes souffrant d’aphakie et qui ne peuvent pas porter de verres progressifs. Enfin, un amincissement des verres peut être obtenu sans surcoût pour les personnes nécessitant une forte correction optique.